Coron, Busuanga -> El Nido, Palawan (Philippines)

Aujourd’hui, nous rejoignons El Nido, véritable paradis sur Terre !

Aux Philippines, vu l’immensité du pays, la multitude d’îles (7 107) et, parfois, la nature même des moyens de transport, les temps de trajet sont parfois très longs. Voilà pourquoi – petit conseil – il vaut mieux se consacrer à une région bien précise et ne pas multiplier les transports, sous peine de perdre énormément de temps…

Pour arriver à El Nido, il n’y a pas 50 solutions :

1- Vol Manille/Busuanga (Coron) (1 h), puis bateau de Coron à El Nido (7 à 8 h) – ce que nous avons fait (option minoritaire chez les voyageurs) ;

2- Vol Manille/Puerto Princesa (1 h 30), puis bus ou van jusqu’à El Nido (6 à 7 h) ; option la plus fréquente ;

3- Il existe une dernière solution – ultra minoritaire -, à savoir prendre un vol direct Manille/El Nido, via une compagnie privée (ITI Air), mais c’est cher (de l’ordre de 200 CAD l’aller simple), les horaires sont parfois aléatoires, et c’est assez compliqué de réserver…

Pour (re)situer les choses, voici où nous sommes et où nous allons. Nous allons sur l’île de Palawan. Nous étions déjà dans la province du même nom, mais dans l’archipel des Calamian !

Nous sommes le vendredi 3 avril, Vendredi Saint, et nous sommes aux Philippines… pays catholique très pratiquant. Du coup, ce matin, la vie s’est arrêtée. C’est même difficile de trouver un tricycle pour rejoindre le port de Coron, un comble !

Voici une photo prise au détour d’une rue, non loin de notre hôtel.

Arrivés au port, nous passons une sorte de douane où l’on vérifie que l’on ne transporte pas d’objets interdits et/ou dangereux dans nos bagages, notamment des mangues (protégées aux Philippines).

Le coût de la traversée est de 1 800 php par personne (repas compris) ; la durée est de 7 à 8 heures selon les conditions de mer. Nous sommes à peine 5 ou 6, plus trois membres d’équipage.

Voici notre bateau, une grosse bangka. La mer est d’huile. Un vrai lac.

Et c’est parti ! Les paysages sont magnifiques. Nous voguons d’île en île, toutes plus belles les unes que les autres. Certaines sont habitées, quelques-unes – assez rares – sont privées, la plupart sont inhabitées.

C’est un régal pour les yeux ; jugez plutôt…

Notre équipage… à l’aise, Blaise !

Au loin, on peut voir un incendie derrière la colline. En fait, ce sont des incendies provoqués ; les habitants les déclenchent afin de gagner des terres de culture pour le riz.

Ça, ce sont deux bateaux échoués et abandonnés là depuis un bon moment je pense, et qui maintenant servent d’habitations ! Au moins, c’est spacieux ! 😀

Au fond, El Nido et la baie de Bacuit…

Après sept heures de bateau (la fourchette basse), nous arrivons à El Nido vers 16 heures.

Welcome to paradise!

Sitôt arrivés, nous tentons de rejoindre notre resort. Je dis « tenter » car, lorsque nous demandons aux taxis locaux de nous y emmener, personne ne semble connaître ! Il faut dire que j’avais volontairement choisi un logement qui ne soit pas directement sur la plage de El Nido, que je savais un peu bruyante. J’avais donc orienté mes recherches vers le secteur de Calaan (à gauche de la plage quand on la regarde), un peu à l’écart.

Je finis donc par leur téléphoner d’un hôtel (nous n’avons plus de portable depuis 2008 !) afin qu’ils viennent nous chercher, comme convenu.

Et ce magnifique resort, appartenant à un Italien marié à une Philippine, et géré par trois employés philippins, c’est le Angelnido Resort. Un excellent choix !

Il n’y a que trois bungalows ; donc, si cela vous intéresse, pensez à réserver ! Ce ne sont pas les moins chers de El Nido (3 000 php la nuit, en haute saison), mais les prestations et le cadre sont à la hauteur. En revanche, il ne faut pas vouloir être au coeur de la ville et sur la plage principale ; de cette dernière, il faut de 10 à 15 minutes de marche pour arriver ici !

Après nous être posés un peu, nous partons tranquillement vers le village de El Nido et sa plage en arc de cercle, là où se trouve la majorité des restaurants et des resorts.

Voici la petite rue qui passe devant le resort (on voit le panneau à gauche).

La campagne et les enfants qui jouent…

La fameuse plage de El Nido…

Peu après 18 heures, le soleil se couche…

De retour au resort, le spectacle est magnifique…

Ce soir, nous dînons ici. Ils proposent des plats italiens, comme de véritables pâtes avec des sauces alla carbonara ou al ragu, par exemple. Gianmatteo, le propriétaire, a eu la bonne idée d’apprendre les véritables recettes italiennes à ses employés, puis de congeler les sauces…

Du coup, en grand amateur de pâtes, je peux vous assurer qu’elles sont excellentes ! À la carte, il y a également des vins italiens et, bien sûr, la bière locale, j’ai nommé la San Miguel (50 à 60 php) !

Et pour ne rien gâcher, un gecko est venu nous tenir compagnie…

Allez, à demain !

Facebooktwittergoogle_pluspinterestby feather

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *