De Bangor à Bar Harbor, Maine (États-Unis)

C’était prévu depuis longtemps, mais sans avoir arrêté de date précise. C’est donc un peu au dernier moment que nous avons décidé de partir dans l’État du Maine, en Nouvelle-Angleterre, et plus précisément à Bar Harbor, le tout en passant par Bangor, une ville chère à ma moitié.

Cent cinquante huit kilomètres plus loin (très précis, hein), nous voilà donc à la frontière américaine, au poste d’Armstong/Jackman, Maine. Je connaissais la réputation des douaniers américains, donc je m’attendais au pire (façon de parler). En fait, cela s’est très bien passé. En une demi-heure, nous étions repartis, moyennant les 12 $ de frais de visa (pour deux). Un petit arrêt au stand duty free juste avant, et le tour était joué : nous étions aux États-Unis.

Et là, c’est comme si l’on entrait dans une autre dimension (j’exagère volontairement) : routes absolument magnifiques, radios qui passent de la vraie musique et paysages grandioses (sur ce dernier point, le Québec s’en tire bien également).

Bienvenu dans le Maine, État grand comme une fois et demi la France mais peuplé d’à peine 1,3 M d’habitants. Si l’on ajoute les orignaux, les homards et les palourdes (les emblèmes du Maine), la densité augmente sensiblement ! Sinon, c’est plutôt tranquille.

Un peu plus loin, premier ravitaillement pour Titine, avec un litre d’essence à 0,70 $… Ça fait rêver.

Quelques paysages sous le soleil, entre lacs et montagnes, vers West Forks et Caratunk.

Puis direction Bangor, à la recherche de West Broadway street, numéro 47. L’adresse d’un certain… Stephen King !

Voici sa résidence principale. Ça en jette !

Le pèlerinage effectué, nous revoilà repartis en direction de la charmante bourgade de Bar Harbor. Après un arrêt dans un restaurant gastronomique nouveau concept (Burger King, je crois :D), nous arrivons vers 17 heures sur les bords de l’Atlantique, après quelque 500 km effectués depuis le matin. Et visiblement, la saison touristique n’est pas terminée, car il y a un peu de monde (bon, c’est pas Saint-Trop’ non plus !).

Nous trouvons un sympathique motel situé à seulement 500 m du centre-ville, flemmardons un peu dans les boutiques puis allons manger dans un restaurant au design typiquement américain. Même le nom, Route 66, nous rappelle où nous sommes !

C’est l’heure d’aller faire dodo, histoire d’être en forme pour demain !

Facebooktwittergoogle_pluspinterestby feather

5 commentaires


  1. Si je puis me permette un bémol sur la conduite « à l’américaine »… Tabarnak ils avancent pas lolllllllllll Ah ça c’est sûr ils te collent pas et à 20km/h un accident fait peu de dégâts, c’est un bon point lolll mais bon…

    En tout cas ça vous a plu c’est cool ;o) Les photos sont chouettes !!! J’espère que le beau temps va revenir sur la belle province, qu’on profite des couleurs de l’automne avant les prochaines vacances en France :-p

    Répondre

  2. C’est sûr qu’en ville ils respectent, et quelque part c’est bien ; mais sur les autoroutes et autres routes principales, ils étaient souvent au-dessus de la limite. Mais c’est tellement plus agréable qu’au Québec…
    Pour le reste, oui c’était génial et on y reviendra vite.

    Répondre

  3. les photos sont superbes, ça donne envie d’y revenir c’est sûr.
    pour notre prochaine venue à Québec, j’irais bien faire un tour. Profitez en bien et pensez à nous en mangeant le homard, les palourdes…

    Répondre

  4. Ça c’est sûr; aux USA, ils sont plus respectueux sur les route, ont plus de savoir-vivre (comme dans le reste du Canada) et leurs routes sont superbes, même si le climat ressemble à celui du Québec.

    Nous avons aussi visité cette merveilleuse région il y a plusieurs années. Nous y avons même visité la maison de Marguerite Yourcenar, qui a vécu là les dernières années de sa vie.

    Vos photos donnent envie d’y retourner. Merci !

    Répondre

  5. Merci Nancy pour tous vos commentaires si agréables, ils montrent une facette de la personnalité des Québécois que l’on ne voit pas assez souvent, c’est-à-dire savoir accepter la critique, être ouvert ou autre chose du genre.
    Salutations amicales.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *