De Puno à Capachica (Pérou)

Après avoir fait la route de Cabanaconde à Puno, nous nous réveillons ce matin au bord du lac Titicaca, non loin de la frontière bolivienne.

Nous découvrons le quartier où se trouve notre hôtel, dans le centre-ville. Nous assistons à un défilé haut en couleurs.

Tout le Pérou attend la prochaine Coupe du monde de football, cet été. Ce sera sa première participation depuis 1982 !

La ville de Puno n’est pas particulièrement belle ; comme beaucoup d’autres villes péruviennes, elle est assez défraîchie, voire sale.

Les amateurs de tuning n’ont qu’à bien se tenir…

Pas d’autres photos de la ville, qui n’offre pas grand-chose d’intéressant. De toute façon, ce n’était pour nous qu’une étape.

Peu avant 10 h, nous prenons un collectivo [un transport collectif qui ne part que lorsqu’il est plein…] à destination de Capachica, sur la péninsule du même nom.

Après un peu plus d’une heure de route, nous arrivons à destination, dans cette petite bourgade tranquille aux allures de bout du monde.

Nous montons jusqu’au mirador Santa Barbara, en haut duquel nous bénéficions d’une belle vue sur les environs.

L’église du village.

Il est temps maintenant de rejoindre notre hébergement, le Inti Wasi Lodge, à pied.

Oups ! une p’tite mygale [malheureusement un peu floue], là, sur le chemin…

Ah, le mythique lac Titicaca est en vue !

La campagne environnante est agréable et la plupart des locaux pratiquent l’élevage (cochons, vaches, ânes, chevaux, poules, lamas, moutons, etc.) et l’agriculture.

On y est presque ; les couleurs sont magnifiques !

Toujours de beaux paysages ruraux, mais relativement variés.

Nous y sommes : le lac Titicaca !

Situé à 3 812 m d’altitude, le plus grand lac d’Amérique du Sud en volume d’eau et plus haut lac navigable au monde nous offre ce superbe spectacle.

Petit point sur les conditions atmosphériques : il fait environ 15 °C et le temps est plutôt beau, les nuages étant moins nombreux sur les rives du lac, ce qui est normal. L’impression de douceur, voire de chaleur, est bien présente. La puissance du rayonnement solaire et les effets de l’altitude se font bien sentir ; la moindre côte et les moindres efforts sont particulièrement éprouvants.

Nous longeons la côte par la droite, en suivant les indications. Aïe ! il faut monter…

Nous y voici ! Le lieu est magnifique, à flanc de colline et donnant directement sur le lac Titicaca. Quant à la décoration, intégralement réalisée par le propriétaire des lieux, elle est tout bonnement superbe !

Notre chambre, simple mais décorée avec goût.

Quelques vues sur le lac Titicaca.

Nous nous installons mais, malheureusement, il est impossible de prendre notre repas de midi sur place ; seuls le petit-déjeuner et le repas du soir peuvent être pris à l’hébergement.

La seule solution qui s’offre à nous est donc de rebrousser chemin jusqu’au village. Si l’on avait su ! Et avec l’altitude, la fatigue est là et bien là.

Évidemment, on ne trouve quasiment aucun restaurant et, finalement, nous atterrissons dans un boui-boui sans nom, à l’hygiène douteuse (doux euphémisme). Nous en reparlerons…

Après ce frugal repas à base de soupe de poulet (avec ses pattes…), nous prenons un taxi local (tricycle) pour rentrer à la chambre ; nous sommes exténués.

Nous terminons la journée dans les magnifiques jardins du lodge, admirant les magnifiques panoramas qu’offre le lac Titicaca.

Le soir, nous dînons avec Walter, le propriétaire des lieux — qui parle français ! —, sa femme et leur fils, Inti [qui signifie « soleil » pour les Incas]. Au menu : une bonne soupe, des pâtes à la bolognaise et des fruits, sans oublier du bon pain maison. Ce fut vraiment un bon moment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *