Île Modessa -> Port Barton, Palawan (Philippines)

Eh oui, il est déjà temps de quitter l’île Modessa

On serait bien restés plus longtemps, mais le séjour coûte relativement cher (8 800 php pour 3 jours et 2 nuits en pension complète, pour deux), et on avait d’autres choses à voir.

À noter que, là encore, nous avons pu payer la note (hors boissons) via PayPal, mais de justesse ! Pourquoi ? Eh bien parce que le Wi-Fi est très, très capricieux sur l’île, et uniquement disponible dans la salle à manger/salle de détente. Le paiement devant être effectué la veille du départ, on a eu toutes les misères du monde à accéder au site ! Mais finalement, on a pu garder nos pesos pour la suite du voyage… Ouf !

Aujourd’hui, nous rejoignons notre dernière étape, à savoir Port Barton, sur la côte ouest de l’île de Palawan (quasiment à la même latitude que l’île Modessa), où nous resterons cinq jours. Pour ce faire, nous devons repasser par Roxas, où nous prendrons une jeepney.

Étant donné qu’il n’y a qu’une seule liaison par jour de Roxas à Port Barton (vers 11 heures), nous devons malheureusement quitter Modessa en matinée (pour info, il y a une autre navette en après-midi).

En attendant le bateau, je poursuis la lecture de mon livre (nauséabond) de vacances…

Vers 8 heures, nous prenons le bateau jusqu’au port de Roxas, puis un tricycle à moteur jusqu’à la gare de la ville. Nous y sommes à 9 heures. Nous avons donc deux bonnes heures à attendre la jeepney, sous le cagnard…

Heureusement, le marchand de glaces est là pour faire résonner son insupportable musique ! 😀 En gros, toutes les cinq minutes… Et je n’exagère pas !

Voici la bête. À la dure !

Nous partons vers 11 h 30, direction Port Barton. Et s’il n’y a que 23 km depuis Roxas, il faudra près d’une heure trente pour effectuer le trajet ! Et vous allez voir pourquoi… 😉

La religion n’est jamais très loin aux Philippines, mais celle-là me va bien…

La route de bitume n’est présente que durant quelques km après la sortie de la ville ; après, c’est de la piste, plus ou moins roulante… Et encore, nous sommes en saison sèche ! Durant la saison des pluies – qui débute en juin -, Port Barton peut être coupée du monde durant plusieurs jours !

Le trajet est néanmoins magnifique, avec rizières, montagnes, forêt tropicale, petites habitations perdues au milieu de nulle part, etc.

Après un peu plus d’une heure et quart, nous arrivons à Port Barton, petit village de pêcheurs encore épargné par le tourisme de masse (jusqu’à quand ?). La quiétude des lieux est saisissante. Ça a véritablement des airs de bout du monde.

Nous allons manger un bout dans le premier resto, puis nous rejoignons notre resort, le Deep Moon Resort. Nous avons un joli bungalow, face à la mer.

C’est celui-ci : confort spartiate, pas d’eau chaude, pas de climatisation (évidemment !) et plein de fourmis un peu partout ! 😀

Voici le bâtiment principal, qui sert de bar/restaurant, salle de repos et point de rencontre. Tout est ouvert mais on se déchausse avant d’entrer. La qualité de construction est très bonne. Le style décoratif est d’inspiration japonaise ; c’est très beau.

À noter que, dans tout le village (partout !), l’électricité n’est en fonction que de 18 heures à minuit ! 😀 Cela veut dire, entre autres, que le ventilateur de notre chambre ne fonctionne pas durant la majeure partie de la nuit (imaginez la chaleur à l’intérieur)…

Après nous être installés, nous partons faire un premier tour du village. Et ici comme ailleurs, les enfants sont toujours aussi adorables, ne perdant jamais une occasion de prendre la pose…

Même ici, on connaît la Corse !

Je ne sais plus si j’en ai déjà parlé, mais, aux Philippines, on trouve des terrains de basket (de fortune) absolument partout. L’héritage américain, assurément. Et Port Barton n’y échappe pas. Celui-ci, couvert, est particulièrement réussi. Ça donne envie !

L’une des nombreuses rues transversales du village. Comme on le voit, toutes mènent à la plage principale.

Nous voici au bout du village, à l’extrémité nord de la plage.

Regard dans le rétroviseur, avec un magnifique ciel menaçant qui ne laissera pourtant échapper que quelques gouttes.

Retour dans le village…

Celui-là, je l’adore !

Un début de coucher de soleil pour finir cette belle journée, depuis notre bungalow… Petit bémol : pour la première fois depuis le début de notre voyage, nous sommes dévorés par les moustiques !

Mais y’a pas à dire, Port Barton, c’est beau ! C’est isolé, c’est roots, mais c’est magnifique ! Vous le constaterez très bientôt…

Un commentaire


  1. Toujours aussi magnifique….vraiment ce pays est de toute beauté et vraiment dépaysant.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *