Le Maine (États-Unis) enterré sous la neige – Jours 2 & 3

Le lendemain – dimanche -, sortie en raquettes dans le parc national Acadia (le seul situé dans le Maine). Pas un chat, hormis quelques motoneiges et rares skieurs de fond. La température n’évoluera quasiment pas du week-end, avec entre -10 et -15 °C de jour comme de nuit, et pas mal de vent. Il aura également neigé tous les jours, entre 2 et 5 cm à chaque fois. Ne cherchez donc pas le soleil sur les photos… 😉

Un peu par hasard, on se décide à faire l’ascension du mont Cadillac (466 m), point culminant de la région. Nous commençons par du plat et de la neige plutôt tassée.

Les endroits abrités du vent croulent sous la neige. On s’enfonce bien, même avec les raquettes.

Par la suite, ça monte lentement mais constamment, sans grand dénivelé. Nous arrivons à un premier point de vue, plutôt sympathique.

La route est encore longue…

Deuxième point de vue intéressant : Bubble Pond (je crois).

On arrive ensuite à ce paysage étonnant, avec ce mur de glace et de stalactites.

Il est temps de manger un bout, d’autant plus que le vent se lève et qu’il se (re)met à neiger… Tellement que nous décidons de faire demi-tour. De toute façon, hormis pour l’ « exploit sportif », il n’y a aucun intérêt à continuer étant donné que la visibilité sera nulle au sommet.

Jugez plutôt la différence entre les photos juste au-dessus et cette vidéo, sachant que les conditions météo ont empiré par la suite.

Bref, nous descendons tranquillement, accompagnés par une petite neige et un petit vent frais.

Les paysages sont magnifiques !

Après cette bonne balade, nous faisons un détour jusqu’à Bass Harbor, revoir le phare… sous la neige. Par endroits, l’océan commence à être pris par les glaces, tant le froid est intense et persistant.

Le fameux phare, où nous étions déjà allés fin 2012 (comparez les photos).

La nuit tombe, encore assez tôt en cette saison (vers 17 heures), on rentre !

*****

Lundi, dernier jour. Direction Echo Lake pour une balade en raquettes. Il fait toujours autour de -12 °C mais, cette fois, il y a vraiment beaucoup de vent…

Les locaux ont installé les traditionnelles petites cabanes de pêche (sous glace) sur le lac. Et certaines sont de vrais petits bijoux !

Non, ce n’est pas une fusée pour aller sur la Lune ! Ce serait plutôt un phare version miniature. Magnifique.

Une autre, vue de l’intérieur ; tout y est : le mini poêle à bois, le nécessaire pour se faire à manger, du petit bois, des cadavres de bières et, bien sûr, du matériel de pêche !

Il y a du vent, beaucoup de vent qui soulève la fine neige et la transporte un peu partout (la fameuse poudrerie, bien connue au Québec). Alors si c’était bon pour l’aller (vent dans le dos), le retour s’annonce quasiment impossible. Autant je ne crains pas le froid et commence sérieusement à y être habitué, autant j’ai rarement eu aussi froid (au visage, surtout) que ce jour-là !

Au retour, nous avançons bien de quelques mètres, mais le vent et la neige nous fouettent et glacent le visage à un tel point (le pire étant pour les yeux) que nous préférons couper directement dans la forêt, afin de rejoindre le sentier que nous avions emprunté à l’automne 2012.

Et là, c’est une nouvelle orgie de neige, à l’abri du vent. Les quantités sont incroyables pour le secteur.

Et puisque vous êtes des millions à réclamer une photo de ma personne, en voici une !

Avant de rentrer au Canada, nous poussons jusqu’à Southwest Harbor, où il nous semble qu’il y a encore plus de neige au sol ! La côte est magnifique… mais totalement déserte.

En tout cas, une nouvelle fois, ce fut un agréable séjour dans cette magnifique région. Et nous avons eu une chance incroyable de l’arpenter avec une telle quantité de neige au sol. Localement, c’est du jamais vu. Et quand on sait que ces mêmes régions vont encore être touchées par d’énormes tempêtes de neige dans les prochains jours, ça laisse rêveur ! Nous, à défaut, on a le (grand) froid…

Facebooktwittergoogle_pluspinterestby feather

3 commentaires


  1. En effet, ici c’est vraiment le grand froid qui se poursuit, avec de temps en temps, une journée un peu plus douce. Hier, ça pinçait sérieusement.

    Quand tu parles du peu de congés ici, tu as raison. En plus, les distances sont immenses. Ce n’est pas parce qu’on a un weekend de 3 jours qu’on peut se dire qu’on va « monter » en Gaspésie. C’est nettement trop loin ! Et ici, les prix d’avion pour aller vers Rimouski, Sept-Iles, les îles-de-la-Madeleine, ça coûte aussi cher que d’aller en France !

    J’ai des amis en France qui, l’an dernier, sont allés une semaine en Sicile, puis profitant d’un pont, sont allés 4 jours à Dublin, une autre qui a aussi profité d’un pont pour partir de Marseille et aller à… Budapest ! Et ce ne sont pas des gens riches, loin de là; sauf qu’ils ont plus de temps et que les billets d’avion sont moins chers pour se déplacer (et le système ferroviaire n’a tellement rien à voir avec celui d’ici !)

    Répondre

    1. Eh oui… Nous aussi, nous partions trois jours à Amsterdam, Londres, Venise, etc. Avec des billets d’avion ridiculement pas chers ! Ici, c’est impossible. Rien que le prix d’un vol pour New York est inabordable, pour aussi peu de temps. Alors on fait de la route… Mais j’avoue qu’à la longue, c’est usant.

      Répondre

  2. Magnifique ! En tout cas, un très joli coin, la neige en bord de mer, magique, encore un beau petit voyage en compagnie de mon petit reporter préféré. Gros gros bisous…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *