Le monastère de Santa Catalina, Arequipa (Pérou)

Ce matin, nous commençons notre journée par la visite du monastère de Santa Catalina. Ce n’est ni plus ni moins que le plus important édifice religieux du Pérou. À noter que l’on parle aussi du couvent de Santa Catalina, la nuance étant légère.

Avant d’y arriver, passage obligé par la Plaza de Armas (place d’Armes), toujours aussi belle.

Voici le mur extérieur du monastère, véritable muraille infranchissable.

L’entrée coûte 40 soles. Le sol (pluriel : soles ; symbole : S/) est la monnaie péruvienne. Voir ici pour la conversion dans votre monnaie.

Le monastère de Santa Catalina a été construit en 1579. Pendant des siècles, il a abrité des centaines de religieuses qui n’avaient aucun contact avec le monde extérieur. Il est partiellement ouvert au public depuis 1970, mais quelques dizaines de sœurs y vivent toujours aujourd’hui.

Nous commençons par le très beau Patio del Silencio (la cour du Silence).

Les intérieurs sont très bien conservés.

Une jolie photographie et un effet de perspective.

La visite continue ; on change de couleur de patio.

Nouveau patio, nouvelle couleur : le Claustro de los Naranjos (littéralement, le cloître des Orangers).

Je ne les publierai pas toutes — loin s’en faut —, mais les peintures murales sont très belles. En voici une.

Le monastère de Santa Catalina est en réalité une véritable petite ville, avec ses ruelles, son potager, son cimetière, son lavoir, etc.

Ici, nous retrouvons cette superbe couleur ocre sur les murs des bâtiments.

Toutes les habitations possèdent une cuisine avec un four à pain et tout le nécessaire pour cuisiner. C’est rustique mais bien conçu.

Après l’ocre, le gris et le bleu grec, nous passons au blanc typique des régions du sud de l’Europe, comme l’Espagne, l’Italie ou (encore) la Grèce.

La couche était rustique…

Franchement, il y a pire endroit (et climat) pour vivre…

L’une des plus belles chambres du monastère. Celle de la mère supérieure ?

Le lavoir de la communauté. Encore une fois, on a vu pire…

Au fond, sur la photo ci-dessus, se trouve le cimetière. C’est là que les religieuses qui vécurent dans le monastère entre 1827 et 1969 sont enterrées. Aujourd’hui, elles sont enterrées dans une crypte située également dans le monastère.

Toujours ces magnifiques ruelles qui appellent au recueillement et… à la sieste !

À l’intérieur d’un bâtiment, nous trouvons un élevage de cochons d’Inde ou cobayes (cuys, en espagnol). C’est un mets d’exception au Pérou. Eh oui !

Les bains.

La fontaine.

Petit tour sur les toits, avec de belles vues sur la ville et les montagnes.

Pour terminer, nous nous dirigeons vers le Claustro Mayor (le Grand Cloître).

Le confessionnal.

L’église, magnifique.

Un plan de la ville de Paris datant de 1609.

Voilà pour cette visite du monastère de Santa Catalina. Un véritable bijou. Nous y serons restés deux heures et demie !

Sur le chemin du restaurant, nous tombons sur le bâtiment de l’Alliance Française.

Enfin, deux photos de notre repas de midi, excellent au demeurant !

Un commentaire


  1. De belles maisons très colorées, de beaux monuments sous un ciel bleu éclatant, le plaisir des yeux….

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *