Ikebukuro, Tokyo (Japon)

Ce matin, toujours pas besoin de réveil pour émerger ; le décalage horaire s’en charge très bien !

Nous décollons vers 8 h 30, direction le quartier de Ikebukuro.

Pour ce faire, nous prenons notre ligne de métro fétiche (déjà !), à savoir la ligne Marunouchi.

Ikebukuro, c’est un quartier dédié aux loisirs. Dès le matin, c’est très vivant.

On y trouve notamment beaucoup de salles de jeux. D’immenses salles de jeux (sur 7 ou 8 étages) ! Nous y reviendrons plus tard…

Mais notre première visite de la journée sera la tour Sunshine 60.

C’est un gratte-ciel haut de 240 m, qui fut le plus haut d’Asie (et donc du Japon) lors de sa construction, en 1978. Soixante, c’est le nombre d’étages que compte l’édifice.

Le coût pour accéder à l’observatoire (Sky Circus) est de 1 800 ¥.

L’ascenseur s’illumine lorsque l’on monte (à 10 m/s, tout de même). Mais on ne sent absolument rien. C’est bluffant !

Au 60e étage, la vue sur Tokyo est plutôt sympathique. Il fait très beau mais la pollution enveloppe quelque peu la mégapole.

En haut à gauche, on aperçoit la Tokyo Skytree (634 m), la 2e plus haute tour du monde.

La visite propose diverses attractions, comme des jeux de lumière, des effets d’optique, etc.

Et que dire de ce palais des glaces interactif ! (mettre la vidéo en HD)

 

Il y a pas mal de petites choses à voir ou à faire, mais elle se vivent avant tout. Faudra venir… 😉

C’est très beau, très coloré ; l’ambiance est très ludique.

D’autres vues de Tokyo.

Nous terminons la matinée en errant dans l’immense centre commercial situé dans les premiers étages de la tour, avec notamment un arrêt (obligatoire) dans la boutique Ghibli.

Évidemment, le compte en banque n’en est pas ressorti indemne…

Un concert de jeunes vedettes locales, les Doll Elements, est donné sur cette scène. Séance de dédicaces (très encadrée) et photos interdites ; ça rigole pas !

Vient l’heure de manger, et le choix est – comme toujours – pléthorique. Nous choisissons ce restaurant aux allures traditionnelles.

Bon appétit !

Pour digérer, retour dans les rues animées de Ikebukuro.

Nous faisons un tour dans une des nombreuses salles de jeux du quartier. Ici, Sega, vue plus tôt ce matin.

À suivre

Facebooktwittergoogle_pluspinterestby feather

2 commentaires


  1. Merci pour ces magnifiques photos en hauteur !

    Je suis allée voir une vidéo des Doll Elements, par curiosité. Je ne sais pas si cela s’adresse aux enfants, on dirait que oui.

    Au passage, vous avez dû voir pas mal de Japonais et de Japonaires qui se teignent les cheveux en blond. (En fait, cela se fait aussi en Chine).

    Les Japonais sont donc de gros joueurs. C’est hallucinant à quelle vitesse ils manient les machines. Je deviendrais folle là-dedans.

    J’oubliais… la cigarette interdite dans les rues. Je ne savais pas. Quand aux restaurants qui choisissent ce qu’ils veulent faire, c’est vrai que c’est plein de bon sens. Je savais que c’était interdit à Singapour, tout comme il est interdit de mâcher de la gomme ! Si quelqu’un est pris à Singapour à jeter une gomme par terre, l’amende est salée.

    Répondre

    1. Le groupe, je ne connais évidemment pas, mais le public et les fans n’étaient pas si jeunes…
      Des Japonais teints en blond ? Pas souvenir d’en avoir vu un seul ! C’est un peuple très homogène ; tout le monde est bien habillé, quasiment tout le temps en couleurs sombres, toujours élégants. J’y reviendrai…
      En effet, le fait que la cigarette soit interdite dans la rue mais pas dans (certains) restaurants est plutôt logique selon moi. Dans le métro, il est également interdit de manger.
      C’est moins sévère qu’à Singapour mais l’ordre et la discipline règnent, et c’est tant mieux !

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *