Le canyon du Colca : de Cabanaconde à Llahuar (Pérou)

C’est ce matin que commence notre trek de 3 jours et 2 nuits dans le magnifique canyon du Colca, l’un des plus profonds au monde (environ 3 500 m, mais les chiffres diffèrent selon les sources).

Nous avons laissé le gros de nos affaires à l’auberge et emporté le strict nécessaire et, surtout, beaucoup, beaucoup d’eau, celle-ci étant très chère dans les villages du canyon.

Notre parcours sera le suivant :

Jour 1 : Cabanaconde -> Llahuar (13 km ; dénivelé positif : 496 m ; dénivelé total : 1 145 m).

Jour 2 : Llahuar -> Sangalle (15,4 km ; dénivelé positif : 1 128 m ; dénivelé total : 2 097 m).

Jour 3 : Sangalle -> Cabanaconde (4,9 km ; dénivelé positif : 1 044 m ; dénivelé total : 1 044 m).

Total : 33,4 km ; dénivelé positif : 2 668 m ; dénivelé total : 4 286 m.

À noter que les distances indiquées sur les différentes brochures sont très approximatives ! Mon GPS, fiable, donnera systématiquement des valeurs très supérieures.

Nous partons peu après 6 h du matin, à la fraîche. Nous sommes tout de même à près de 3 300 m d’altitude et il ne fait que 5 °C. Plus bas, au fond du canyon, il fera très chaud (j’y reviendrai).

Nous passons devant l’église et la place du village de Canabaconde.

C’est parti !

Il nous restait un morceau de brioche dégueulasse achetée à la gare d’Arequipa. Juste après notre départ, nous donnons les restes à l’un des nombreux chiens qui errent dans le village (avant-dernière photo). Il ne nous quittera plus… Mais nous en reparlerons !

Nous passons devant le mirador Achachihua, mais nous n’y verrons aucun condor…

Notre destination du jour, Llahuar, se trouve là-bas, au fond du canyon. La route sera longue.

La campagne péruvienne au lever du soleil.

Les paysans (et leurs mules !) qui ravitaillent les villages du canyon.

On y est ; après une première partie plate, nous amorçons la longue et tortueuse descente vers Llahuar, au fond du canyon.

Nous sommes encore majoritairement à l’ombre mais, lorsque nous serons de l’autre côté de la montagne, nous serons au soleil et il fera chaud, malgré l’altitude.

Après 1 h 40 de marche, nous passons de l’autre côté de la corniche, au soleil. Il n’est que 8 h du matin mais le ressenti est très chaud.

Regard dans le rétroviseur : nous venons de tout en haut à gauche.

Allez, pour mes fans…

Notre fidèle compagnon — que nous avons surnommé Paquito — nous suit toujours. Il est en permanence dans mes pas, sans jamais me dépasser. Là, il s’octroie une petite pause à l’ombre.

Nous poursuivons notre route. C’est magnifique.

Nous amorçons la grosse descente, sur un terrain relativement périlleux.

C’est raide !

Nous sommes désormais presque au fond du canyon. Le terrain est plat et nettement plus facile. C’est toujours aussi beau ! Cerise sur le gâteau : nous n’avons croisé que 3 ou 4 randonneurs…

Paquito suit toujours ses nouveaux maîtres. Enfin, pour une fois, il passe devant !

Nous arrivons au pont où nous allons franchir le Colca.

Il ne pleut pas beaucoup dans cette région au climat aride et, bien que nous soyons à la fin de la saison dite humide [c’est très relatif], les paysages ont un aspect désertique. Alors imaginez à la fin de la saison sèche, au cours de laquelle il ne tombe pas une goutte d’eau !

Dans le rétro : au centre de la photo, le pont que nous avons franchi plus tôt ; à droite, le sentier par lequel nous sommes descendus. Nous sommes partis de la crête située tout au fond, en haut.

Paquito fait une nouvelle pause à l’ombre… C’est que nous sommes bien remontés depuis le pont !

Cette fois, c’est la descente finale vers Llahuar.

Nous traversons un hameau qui a tout l’air d’être à l’abandon…

Les derniers lacets avant l’arrivée.

Sur la dernière photo, on devine notre resort, au centre.

Nous y sommes presque !

Victoire ! Après 13,01 km et 4 h de marche, nous y sommes. Il est 10 h 30. Nous sommes partis à 3 300 m d’altitude pour arriver à 2 100 m (dénivelé positif : 496 m ; dénivelé total : 2 180 m).

Notre bungalow pour la nuit et la vue sur le rio Colca.

C’est l’heure de se poser, de prendre un bon repas et de profiter de l’après-midi… pour ne rien faire !

En fait, si ! Nous passerons le reste de la journée à barboter dans les sources d’eau chaude (mesurées à plus de 40 °C). Paquito est bien entendu resté avec nous…

Digression météorologique : Sur différents blogs relatant ce trek dans le canyon du Colca, j’ai pu lire des personnes disant qu’il faisait 35 °C voire plus (parfois le matin !) dans le canyon.

Oui, il fait très chaud, et on a réellement l’impression qu’il fait largement plus de 30 °C, mais la température que j’ai mesurée à l’ombre avec un thermomètre très précis et fiable n’a jamais dépassé les 26 à 28 °C en plein après-midi, ce qui est tout à fait cohérent lorsque l’on connaît le climat local (les températures varient peu d’un mois à l’autre).

Ce qui rend l’impression de chaleur plus forte, ce sont le très puissant rayonnement solaire dû à l’altitude, la topographie particulière et la nature des sols.

Allez, à demain pour la suite !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *