D’Ollantaytambo à Aguas Calientes (Pérou)

Aujourd’hui, nous quittons Ollantaytambo pour rejoindre Aguas Calientes, village situé au pied du Machu Picchu. Nous visiterons le site archéologique demain.

Avant de partir, nous faisons un dernier tour dans le village d’Ollantaytambo, lequel est très bien conservé. Ses maisons en pierre, ses canaux, l’eau courante dans chaque ruelle, l’agencement des rues, bref, c’est un modèle de construction inca.

Il est agréable de se perdre dans ces petites rues…

Quelques fleurs.

Même les poubelles sont esthétiques !

***

Puisque nous y serons demain, voici les différents moyens de rejoindre le Machu Picchu à partir de Cuzco :

  • En suivant le Inca Trail (chemin de l’Inca) ;
  • En train ;
  • En bus, puis en marchant.

Étant donné que le train pour rallier le Machu Picchu est probablement l’un des plus chers au monde (en $ par km), voici ce que nous avons prévu de faire :

  • Bus de Cuzco à Ollantaytambo (nous l’avons fait avant-hier);
  • Bus d’Ollantaytambo à Santa Teresa ;
  • Marche de Santa Teresa à Aguas Calientes.

Au retour, nous prendrons le train d’Aguas Calientes à Ollantaytambo, puis le bus jusqu’à Cuzco. Je rappelle que, pour des questions pratiques, nous avons laissé nos gros sacs à dos à notre hôtel de Cuzco.

Finalement, il est temps de prendre notre bus à destination de Santa Teresa.

Google donne 3 h 19 pour 142 km ; imaginez la route…

Je ne suis plus malade — ou disons que je vais beaucoup mieux —, mais j’appréhende un peu le trajet. Madame aussi, mais pour d’autres raisons (la route) !

Voici notre bolide, à l’arrêt pour cause de pause pipi.

Là, nous attaquons la partie la plus sympathique du trajet. Je vous laisse apprécier les lacets…

Le chauffeur du bus pilote de F1 roule comme un fada ; il faut avoir le cœur bien accroché, d’autant plus que les routes sont extrêmement étroites et bourrées de nids-de-poule. Et, bien souvent, les roues du bus passent à quelques centimètres du ravin… Néanmoins, nous tenons bon et, finalement, nous ne serons pas malades.

Après 4 h de bus, nous arrivons à Santa Teresa.

Un peu plus loin, voici la centrale hydroélectrique de Santa Teresa (Hidroelectrica, dans le jargon des routards), terminus du bus.

Il nous reste désormais 12 km de marche pour atteindre Aguas Calientes, le tout en suivant les rails du chemin de fer et le Rio Urubamba. La plupart des voyageurs mettent 2 à 3 h pour arriver à destination.

La végétation indique clairement que nous sommes entrés dans un autre domaine climatique ; en effet, nous sommes aux portes de l’Amazonie péruvienne, à plus de 2 000 m d’altitude.

La marche est agréable : il fait chaud, sans plus, c’est plat, mais il y a quelques moustiques. Les paysages sont bien beaux et nous rappellent Bornéo, en Malaisie, il y a de cela dix ans… déjà !

Votre serviteur…

Nous avons une petite faim ; pas de problème : les bananes sont gratuites !

Un arrêt (paradero) de train.

Justement, un train arrive…

Nous continuons…

Ça y est, nous y sommes ! Voici Aguas Calientes, aussi connue sous le nom de Machu Picchu Pueblo. Finalement, nous aurons marché durant 2 h 30.

Le Rio Urubamba, qui déborde souvent à cause des fortes pluies qui sévissent dans la région.

Ici aussi, les poubelles sont attrayantes.

Enfin, une dernière vue du village, véritable usine à touristes sans charme aux prix indécents.

Nous sommes éreintés par la route effectuée depuis ce matin. Nous nous installons dans notre hôtel (très correct pour le prix), allons manger un bout et filons au lit. Demain, le réveil sonnera très tôt…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *