El Nido, Palawan (Philippines) – Jour 3

Aujourd’hui, pas de island hopping ; on fait relâche. Nous louons un scooter pour 500 php (14 CAD ou 10 €) la journée afin d’explorer les alentours de El Nido.

Voici approximativement le trajet que nous avons effectué.

La route, au départ du village de El Nido, est très bonne, et ce sur plusieurs kilomètres. D’une manière générale, quand il y a des routes (finies), elles sont de bonne qualité. Elles sont en béton et non en bitume, ce qui est plus résistant (le Québec devrait prendre exemple…). En revanche, lorsqu’elles ne sont pas finies, c’est folklorique ! Surtout en saison des pluies (juin à novembre, grosso modo).

Alors moi qui n’ai pas conduit de mobylette ou de scooter depuis environ 10 ans – et qui n’en ai jamais eu à titre personnel -, disons qu’avec un passager derrière (Madame, en l’occurrence), ça n’a pas été facile tout le temps ! Heureusement, nous sommes en saison sèche.

Après quelques kilomètres, nous voyons une pancarte qui indique des chutes d’eau à visiter ; nous nous arrêtons sur le bord de la route.

Il s’agit des chutes d’eau de Nagkalit-kalit.

Une dame d’un certain âge (nous en reparlerons plus tard) nous aborde et nous dit qu’elle peut nous y emmener moyennant quelques pesos (je n’ai pas bien compris combien elle voulait). Selon elle, si nous y allons seuls, nous nous perdrons… Au départ, nous pensons que c’est encore une arnaque (on commence à comprendre que les Philippins, tout aussi gentils soient-ils, aiment beaucoup l’argent !) mais, par sécurité, et vu la gentillesse des gens ici, nous acceptons. Et, nous le verrons plus tard, heureusement… 😉

Le sentier part d’une vaste propriété avec un terrain immense qui se perd dans la forêt tropicale. Tout est là : les cochons (des gens bien, ces Philippins !), les poules, les chiens, les petites maisons en bambou, le potager, les rizières, etc.

L’animal qui sert pour les travaux de force : le buffle d’eau.

Et c’est parti ! Je suis le guide… Elle s’appelle Lolita et a… 70 ans ! Elle parle parfaitement bien anglais et a une forme du tonnerre ! Elle a eu 14 enfants.

La végétation est ultra grillée ; il n’a pas plu (ou presque) depuis le mois de décembre.

C’est plein de cocotiers et de citrus madurensis, un arbuste qui donne de délicieux agrumes, à savoir le kalamansi (en tagalog – dialecte philippin) ou calamondin, en français. C’est Lolita qui nous le fait découvrir en nous donnant des feuilles que nous frottons sur nos mains, ce qui révèle un parfum exquis. La saveur se situe entre le kumquat et la mandarine. Aux Philippines, ils en font d’excellents jus.

Nous passons au milieu d’une zone qui a été volontairement brûlée pour faire place à la culture du riz. En effet, Lolita nous explique que c’est une pratique commune aux Philippines et que c’est une bonne chose pour les récoltes. D’où les nombreux feux que nous avons vus au cours de notre voyage…

Après 45 minutes de marche, et après avoir tourné à droite, puis à gauche, puis à droite, puis à gauche – d’où la nécessité d’avoir un guide ! -, nous arrivons aux chutes d’eau.

L’eau est propre et fraîche, ce qui contraste avec la chaleur relativement pesante qu’il fait. Disons que la pause est bienvenue !

Lolita nous propose – pour 50 php supplémentaires 😉 -, de continuer cinq minutes pour atteindre d’autres chutes d’eau, ce que nous acceptons.

Ça grimpe !

Et voilà !

Là, il s’agit carrément de la source qui alimente les habitations voisines en eau potable. Nous l’avons bue et, effectivement, elle est excellente !

Quelques photos du retour…

Une bien belle balade qui, au final, nous aura tout de même pris deux heures.

Pour faire un rapide comparatif avec la Malaisie (dont Bornéo), la végétation est assez différente, et pour cause ! Ici, le climat est tropical, avec une saison sèche très marquée (et encore plus à Coron), alors qu’en Malaisie, le climat est équatorial (aucune saison sèche). Et ça se voit !

Après cette escapade bien sympathique, nous repartons sur notre magnifique scooter, direction Nacpan Beach.

Toi, on va te rattraper ! 😀

La campagne philippine est belle…

Nous arrivons à ce panneau, puis nous prenons à gauche.

À partir de là (et même un peu avant), la route est exclusivement en terre, avec nids-de-poule et crevasses en bonus ! Attention les fesses !

Nous passons à côté d’habitations plus que modestes, mais dieu que c’est beau ! Malheureusement, nous n’avons pas pris de photos, la route était trop cahoteuse. On fera mieux au retour…

Après quelques minutes, nous arrivons à Nacpan Beach. Il y a pas mal de scooters, tous garés… à côté des cocotiers, mais pas directement en dessous ! 😉

Ah, les jeepneys

Et toujours des dizaines de chiens à l’affût du moindre bout de barbaque…

Il est tout de même 14 heures et nous n’avons rien avalé depuis ce matin… Nous mangeons donc un bout au Jack’s Place restaurant, le seul de la plage. Comme d’habitude, le service est très long (nous sommes servis à 15 heures), mais c’est bon et la San Miguel rafraîchit toujours autant.

Quelques photos de la plage et des environs… Il n’y a pas grand monde et l’eau est plutôt bonne ! 😛 Mais ça tape !

Chemin du retour, via le chemin de terre…

Retour sur la route bétonnée… Ce qui n’est pas plus mal ! On décide de filer jusqu’au marché de la ville, dans le barangay (quartier) de Corong Corong.

Après de nombreux kilomètres cheveux au vent, nous arrivons au marché de El Nido. Il y a tout ce qu’il faut, mais les odeurs sont parfois un peu fortes !

Et une dernière vidéo pour la route, pour se (re)mettre dans l’ambiance !

De retour à Calaan pour rendre notre scooter, le vendeur ne veut rien entendre quand je lui demande un geste commercial alors que nous lui rendons l’engin avec le réservoir à moitié plein (alors que nous l’avons pris vide et avons fait le plein). Bref, pas terrible…

Le soir, nous mangeons au El Nido Corner, que je ne recommande absolument pas. Le service fut excessivement long (encore plus que d’habitude !) et c’est cher pour ce que c’est. Madame a été servie 45 minutes après moi… Quand j’avais terminé mon plat, en fait.

S’il y a bien quelque chose qui nous a déçus, aux Philippines, c’est bien ça : la lenteur du service, le fait de ne jamais être servis en même temps, et les prix trop élevés (El Nido est déjà trop connu).

Mais cela ne nous a pas empêchés de passer une excellente journée ! 😉

Facebooktwittergoogle_pluspinterestby feather

Un commentaire


  1. Encore plus dépaysant et la découverte en scooter, trop top, mais toujours aussi magnifique, de beaux souvenirs plein la tête….bravo pour l’organisation et pour nous faire partager de si beaux endroits…Plein de bisous

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *