Quechee, Vermont (États-Unis)

Ce matin, nous partons à l’aveugle sur les routes du Vermont. Les gorges de Quechee seront le principal attrait de cette belle journée ensoleillée.

Voici les différentes étapes du jour.

Nous commençons la journée en reprenant la très belle route 100 vers le nord, traversant la campagne et de petits villages plus ou moins isolés.

Petit arrêt au cimetière de Bethel, où nous apercevons un chevreuil furtivement !

Ensuite, nous rejoignons tranquillement la petite bourgade de Quechee, par laquelle nous étions passés à l’aller. Ça a beau être un jour férié, la plupart des magasins sont ouverts, et nous décidons de nous arrêter à nouveau au Vermont Antique Mall, là où, le premier jour, nous avions dégusté et acheté du fromage. Et devinez quoi ? Eh bien ils proposent encore une dégustation des mêmes fromages ! Autant dire qu’on s’est fait plaisir… Et on en a racheté, pour le coup !

À peine plus loin, nous nous arrêtons aux gorges de Quechee, les plus hautes du Vermont (50 m). Il y a foule. Le long week-end, les couleurs des arbres, et le temps exceptionnel – plein soleil et 23 °C en après-midi – auront attiré des touristes de toute la Nouvelle-Angleterre et bien au-delà (Canada et ailleurs aux États-Unis).

Il y a une petite marche à effectuer pour atteindre le lit de la rivière. Les couleurs sont magnifiques.

La vue depuis le pont…

Un peu plus loin, à Bridgewater, nous allons visiter la brasserie d’une bière locale que j’ai découverte il y a quelques années, à l’occasion de notre premier séjour dans le Vermont, j’ai nommé la Long Trail (Brewing Company). À l’intérieur, il y a un bar, un restaurant dont une partie extérieure donnant sur la rivière et, bien entendu, l’usine en elle-même. Là encore, il y a beaucoup de monde.

Après avoir goûté la bière spéciale de Halloween (qui approche) et acheté une caisse de bières, nous prenons cette fois le chemin du retour.

La route se fait sans encombre et nous ne prenons pas l’autoroute, préférant les belles petites routes vallonnées. Il faut désaltérer l’automobile – comme disait Coluche – une dernière fois, et ce sera à Newport. Le prix du litre ? 0,57 $ ! Je vous donne le prix du même liquide, mais juste derrière la frontière ? Quasiment le double…

Nous passons à nouveau par Stanstead mais, devant l’incroyable file de voitures qui se dresse devant nous, et, un peu par hasard, nous découvrons un autre poste de douane. Pour ceux qui connaissent le secteur, il y a bien sûr celui de l’autoroute (à éviter absolument aux heures de pointe, notamment lors des longs week-ends), celui, juste à côté, qui passe dans le village même de Stanstead (c’est celui-ci que j’avais choisi initialement…), mais il y en a un autre… que je ne dévoilerai pas.

Oh, c’est facilement trouvable, mais je ne vais pas vous mâcher tout le travail ! 😉 Au final, on y a gagné (je pense), même si, là aussi, il y avait un peu de monde. Le reste, c’est la toujours aussi ennuyeuse autoroute 20, et le retour au bercail !

Facebooktwittergoogle_pluspinterestby feather

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *