Sepilok, Bornéo (Malaisie)

Ce matin, nous nous réveillons dans un hôtel miteux de Sandakan, ville côtière sans charme de l’État du Sabah.

Jugez plutôt la vue… Et je vous raconte pas la taille des rats dans les caniveaux ! 😀

Bref, on ne s’éternise pas dans ce trou qui n’était qu’une étape pour la nuit. Nous filons à Sepilok, en bus.

Sepilok, c’est l’un des derniers centres de réhabilitation des orangs-outans, ces singes extraordinaires qui disparaissent aussi vite que la forêt équatoriale dont ils dépendent…

Un léger contretemps fait en sorte que nous arrivons après le nourrissage de ces « hommes de la forêt », période durant laquelle on a évidemment le plus de chance de les observer. D’ailleurs, des hordes de touristes asiatiques – chinois, pour la plupart, et armés d’appareils photo de dingue – sont en train de quitter les lieux. Il ne reste plus que nous, seuls.

Après quelques minutes à observer les rares macaques qui nous tiennent compagnie, nous apercevons un orang-outan (femelle) à quelques mètres de hauteur, dans un arbre ! Pour nous, c’est déjà inespéré.

En fait, en l’observant un peu, on comprend assez vite qu’elle a peur des macaques… Néanmoins, elle nous offre un beau spectacle.

Pendant ce temps-là, impassible…

Elle descend toujours un peu plus, se rapprochant de nous…

Quand, soudain…

Si je fais une tête pareille, c’est parce qu’elle est arrivée par derrière, sans que je la voie ! Je peux vous dire que ça surprend ! Sans compter qu’elle fait son poids, la grosse !

Sur la photo, on peut voir qu’elle n’est pas rassurée ; elle regarde les macaques qui l’effraient depuis un moment déjà…

Moi, je m’habitue à sa présence… mais pas forcément à son odeur ! 😀

Elle est restée avec nous durant plusieurs minutes. Magique !

Après cette merveilleuse matinée, nous prenons la route du fleuve Kinabatangan (improprement nommé rivière, suite à une mauvaise traduction).

Après un petit trajet en bus, nous embarquons sur cette barque, pour une traversée qui durera une heure.

Et c’est parti !

Eh, le retour des nasiques ! Un véritable festival. Toujours aussi impressionnants d’agilité et de puissance !

Nous approchons du camp de base où nous resterons 3 jours et 2 nuits.

Nous voilà arrivés chez Uncle Tan !

Et attention ! ici, c’est pas pour les mauviettes… Adeptes des tout-inclus 4*, passez votre chemin. Là, c’est l’aventure, la vraie. 😉

Je vous présente notre poulailler « chambre » : moustiquaire, grillage anti-singes (pas une blague), matelas senteur de moisi, aération naturelle permettant de garder une température confortable (environ 32 °C), etc.

La douche et les toilettes…

Et ce que l’on trouve à la fois sous le bar-restaurant (c’est un bien grand mot) et les « chambres ».

Nous terminons cette longue journée par une sortie en bateau, de nuit, dans le but d’observer la faune sauvage. Cette fois, la chance n’était pas avec nous, peu d’animaux étant présents ou visibles, hormis ce bel oiseau.

Facebooktwittergoogle_pluspinterestby feather

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *