Block Island, Rhode Island (États-Unis) – Jour 1

Mon premier est une île, mon second n’en est pas une. Mon premier est un havre de paix méconnu, mon second est le plus petit État de la Nouvelle-Angleterre (et des États-Unis).

Mon tout est l’île de Block Island, dans l’État du Rhode Islandthe Ocean State.

Et c’est dans ce petit paradis naturel, situé au large des côtes de Long Island (NY) et de Newport (RI), que nous avons passé nos trop courtes vacances…

Départ mercredi 13 juin à 4 heures du matin, sous la pluie ; arrivée à Narrangasett, Rhode Island à 13 heures… sous la pluie. C’est bien simple, on a eu la pluie durant tout le trajet, soit 830 km. Comme prévu.

De là, nous prenons le ferry de 15 heures à destination de Block Island, pour une traversée de 50 minutes. J’étais pas loin d’être malade, à cause du mal de mer… À noter que nous avons laissé la voiture sur le continent et uniquement pris nos vélos, au grand dam de Madame (ça rime).

Nous arrivons donc sur l’île, à New Shoreham, vers 16 heures ; le temps est exécrable. L’ambiance est mystique, les brumes sont là et la visibilité est proche de zéro ! Donc pas de photos. Ce soir, on se repose…

*****

Le lendemain, le temps se dégage en milieu de journée, comme prévu également. Le soleil sera finalement présent jusqu’à la fin du week-end, le tout avec des températures de 20 à 22 °C. Bien agréable et largement suffisant pour prendre des coups de soleil, avec les UV d’une mi-juin !

Ce matin, et donc hier soir, voilà de quoi ça a(vait) l’air…

Commençons avec notre bed & breakfast, le Sea Breeze Inn. Il y a pire, je pense.

Nous enfourchons nos vélos après le repas de midi, et partons vers le phare situé dans le sud-est de l’île. Malgré tout, il y a quelques faux plats et même quelques côtes… Je crois qu’il y en a une qui s’en souvient ! 😀

Magnifiques falaises !

Au gré des coups de pédales…

J’adore ces petites routes de campagne ! Ça me rappelle chez moi.

Fresh Pond.

Et toujours plein de tortues !

Un peu plus loin, nous faisons un petit détour par le Nathan Mott Park.

Encore un peu plus loin, le petit port du centre de l’île.

Nous terminons ce premier jour sur Fred Benson Town Beach.

Un joli coucher de soleil pour finir.

Voici, approximativement, le trajet que nous avons effectué aujourd’hui.

La suite, demain !

Facebooktwittergoogle_pluspinterestby feather

10 commentaires


  1. Vous avez du courage !!en vélo c est beau d etre jeune !!!beau paysage !!ça ressemble par moment a des coins de BRETAGNE ou de NORMANDIE ????

    ic aujourdhuie 16 degré !!!remarque la terre manqué d eau!!alors il pleut !!

    bisous !!!

    Répondre

  2. Eh bien je ne connaissais pas cette petite île. C’est absolument charmant. Il y a des photos … ma foi on dirait l’Irlande. J’aime également l’architecture des maisons en Nouvelle-Angleterre.

    Votre B & B était vraiment sympa. Des chaises Adirondack avec vue sur la mer… le pied !!! 🙂

    C’est vrai que lorsqu’on va dans les états de l’Est américain, on peut se promener beaucoup plus librement qu’ici. T’avais-je déjà parlé du Acadia National Park, vraiment un « must ».

    Répondre

  3. Pour une fois que quelqu’un sait comment redimensionner ses photos… MERCI. Et puis il y a une continuité là-dedans. Ca se lit bien. MERCI.

    J’aime ton dernier paragraphe 😉

    Répondre

  4. On a du mal à croire que ce petit ilôt était bondé tant ça respire la tranquillité ! Que c’est beau, que c’est charmant ! Des collines, une belle plage, des chemins de randonnée, un bien joli B&B, du calme, que désirer de plus pour se couper du quotidien ?
    Je suppose que les 830km du retour furent les plus difficiles ?
    Allez, courage, il y en aura plein d’autres des petites escapades dépaysantes 😀
    Stéph en veut-elle encore à sa selle de vélo ? LOL !
    Bravo pour les photos 😉

    Répondre

  5. Hello,
    Je visite frequemment votre blog, car j’aime votre facon d’ecrire et de voir… meme si je ne partage pas toujours cette derniere! Mais il est toujours interessant de toute facon a mon avis d’ecouter (ou de lire!) quelqu’un qui presente son cas avec intelligence. Jusqu’a present, je n’avais jamais laisse de commentaire, mais cette fois, je me permets de le faire, car je voudrais vous donner mon opinion bien differente de francaise vivant aux Etats-Unis depuis oh… mon Dieu, presque 20 ans! Vous avez passe un magnifique moment sur Block Island, mais croyez moi, dire que la liberte est plus courante ici qu’au Quebec est errone. Je pense que vous idealisez et generalisez a partir d’une excellente experience. Je suis une residente du CT et croyez moi, toute la cote du NE jusqu’au Mass. est privee ou payante. J’ai vecu a NY autour d’un lac – dont tout le pourtour etait prive. Etc. Les quelques ilots (« pun intended » – desolee de l’anglicisme) de liberte et gratuite sont l’extreme exception et non la norme. Et cela a grandeur des US, ou j’ai vecu a differents endroits et voyage extensivement. Quant aux libertes individuelles, je ne les mentionnerai meme pas, car elles n’etaient pas le sujet de votre billet. Je me bornerai a dire qu’avec le « Patriot Act » aux USA, les gens vivant au Canada n’imaginent meme pas ce qu’est devenu leur voisin, pays « de liberte » et « d’accueil ». Petit P.S. quand meme, afin que vous ne me reprochiez pas de voir la poutre dans l’autre oeil, et non la paille etc… – Je suis mariee a un Quebecois depuis … annees (!), connais le Quebec extremement bien (et y ai eu affaire en profondeur, par exemple en ce qui concerne le systeme de sante, mon mari s’etant fait traiter pour un cancer a Montreal pendant pres d’un an), et m’apprete a « lacher » les USA tres prochainement et a rejoindre le Quebec pour de bon car ai appris a le preferer intensement! Rikki

    Répondre

  6. Ooops… encore moi! Je voulais egalement vous dire que mon mari et moi sommes des grands adeptes du camping et campons frequemment dans le CT, certes, mais aussi dans le RI, le Mass, sans oublier NY et le VT, le NH et le Maine. Bon, le NE, quoi! Et ete comme automne, nous rencontrons TOUJOURS de nombreux Quebecois dans les campings. Ils ne campent donc pas tous au Quebec, mais surtout, par rapport a votre billet, ils ne sont pas tous au « Mall » non plus. La encore, je crois que vous vous laissez emporter par la generalisation… et je sais sans vous connaitre que vous valez mieux que ca! Rikki

    Répondre

  7. Bonjour Rikki et merci de votre commentaire.

    Je prends votre expérience avec plaisir mais, même si je n’ai pas la prétention de mieux connaître les États-Unis que vous (certainement pas), je maintiens ce que j’ai dit : après six ou sept voyages en Nouvelle-Angleterre (plus un en Floride), je ressens bien plus de liberté là-bas qu’au Québec. Aux États-Unis – du moins là où j’ai été – il n’y a pas continuellement des panneaux indiquant qu’il est interdit de se garer au bord des routes (quand cela semble sûr, évidemment), il n’y a pas de panneaux « privé », « propriété privée », etc. partout, contrairement à ce que je vois au Québec. Ici, c’est bien simple : les parcs nationaux sont payants (et de plus en plus en chers), tous les abords des lacs sont privés, toutes les forêts sont privées , et j’en passe. Dans ma commune, il est interdit de se garer au bord de tous (tous !) les chemins et routes… et dieu sait qu’elle est « rurale », cette commune. Alors je veux bien que la gratuité et la facilité d’accès ne soient pas la norme aux États-Unis – je n’ai d’ailleurs jamais insinué cela – mais je persiste à dire que c’est bien plus courant qu’au Québec.
    Au-delà de ça, je me sens tout simplement mieux aux États-Unis (même en mettant de côté le « syndrome du vacancier »). Peut-être que le fait d’être mieux vu en tant que Français joue aussi…
    Au plaisir.

    Répondre

  8. Concernant votre dernier point : comme je le dis souvent, ce sont des généralités qui n’en sont pas.
    Cela dit, pour avoir traîné sur un forum de voyage(s) (plus maintenant) et de par ma propre expérience ici, depuis bientôt quatre ans, je commence à cerner la majorité des Québécois… au moins de Québec (qui sont assez « spéciaux », il faut dire…). Et je suis consterné par ce que j’entends autour de moi chaque jour… Là encore, je n’invente rien : sorti de Old Orchard, Atlantic City, Virgina Beach, Myrtle Beach, Fort Lauderdale et les tout-inclus des Caraïbes (que de l’authentique en barre !), il n’y a pas foule de Québécois… Ou alors, ce sont des exceptions. Les exceptions que je fréquente et qui, pour certaines, sont devenues des ami(e)s plus ou moins proches. Je me le dis souvent mais nous n’avons pas du tout les mêmes centres d’intérêt. Du moins avec la plupart des gens que j’ai fréquentés. Et il y en a, tout de même.
    @+

    Répondre

  9. Comme je commence à connaître assez bien Thierry et que je sais qu’il sait (tiens… ça me rappelle Henri) que je l’aime bien, je dirai ceci: devant un verre rempli à moitié,
    l’optimiste dira: ce verre est à moitié plein
    le pessimiste dira: ce verre est à moitié vide
    et Thierry dira: ce verre est foutu.
    😉
    Bienvenue au Québec Rikki.

    Répondre

  10. La Nouvelle-Angleterre est sans doute la région des USA qui me semble la plus attayante. Ces paysages découpés, cette côte qui ressemble effectivement à celle de la Bretagne ou de la Normandie comme on l’a dit plus haut, cette culture plus près de celle de l’Angleterre, ces grandes universités reconnues mondialement, cet avant-garde politique qui fut le fer de lance de l’abolition de l’esclavage et de la protection de l’environnement, entre autres, cet accent si particulier, bref, si j’avais une région états-unienne à visiter ce serait celle-là.

    Mais il se trouve que notre budget voyage est désormais entièrement consacré au Québec et à la France.

    Nous arrivons d’ailleurs de quatre jours au Fjord du Saguenay et Charlevoix. Nous nous sommes promenés de haltes gratuites en quais publics en sentiers grands ouverts et sans kiosque de perception. Nous avons garé notre voiture partout sans payer quoi que ce soit. Bien sûr il y a des activités qui exigent qu’on y mette le prix, comme la mini-croisière jusqu’à Sainte-Rose du Nord, la visite du site Nouvelle-France à Saint-Félix d’Otis où nous apprîmes une nouvelle signification du mot « truchement »…

    Devinez ! Les « truchements » étaient les jeunes garçons qu’on envoyait vivre avec les tribus amérindiennes et qui devaient servir plus tard de traducteurs et de facilitateurs pour les relations entre blancs et autochtones.
    Pour les intéressés:
    http://www.sitenouvellefrance.com/francais/

    Tout ça pour dire que je ne crois pas exagérer en disant qu’il se trouve encore quelques exagérations dans les affirmations de l’ami Thierry bien qu’il y ait une bonne part de vérité que tous peuvent constater quotidiennement.

    Et puisque le thème général de ce blogue se veut le reflet de l’expérience de deux jeunes Français venus s’installer au Québec (ce qui est tout à notre avantage) vous serez sans doute intéressés par cette émission récente d’Isabelle Maréchal:
    http://www.985fm.ca/audioplayer.php?mp3=138170
    et pour les plus ardents:
    http://www.youtube.com/watch?v=GJXMJp4d_yY

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *