De Central Park au Citi Field des Mets, New York, New York (États-Unis)

Après une matinée de visites, notre dernier après-midi à New York s’annonce plus sportif : nous commencerons par faire le tour de Central Park à vélo, puis nous irons nous balader sur la fameuse 5e Avenue. Enfin, nous terminerons la journée par un match de baseball des Mets !

Central Park, c’est l’un des plus beaux et plus grands parcs urbains au monde, et nous l’avions déjà bien exploré en 2016. Cette fois, nous avons décidé d’arpenter ses allées à vélo. Il fait beau, il fait chaud (26 °C), et ça va plus vite !

Le Great Lawn, l’immense pelouse située au centre du parc.

Si l’envie vous prend — et que vous en avez les moyens —, vous pouvez faire une balade en calèche.

La fontaine Bethesda, vue de la terrasse du même nom.

Conservatory Water, petit étang au bord duquel nous avons dégusté une bonne glace… Beaucoup de personnes y pratiquent le modélisme (bateaux).

En fin de compte, on a dû faire deux fois le tour de Central Park, ce qui fait déjà pas mal de km, et c’est sans compter les petits détours que l’on a faits ici et là.

Pour plus de photos de ce magnifique parc, je vous renvoie à notre premier séjour à New York, il y a deux ans.

Nous rejoignons ensuite la prestigieuse 5e Avenue, laquelle borde le parc. Je me répète, mais j’adore le mélange des architectures dans cette ville.

À hauteur de la 56e Rue, nous arrivons devant la Trump Tower, évidemment très sécurisée.

Une visite (gratuite) s’impose.

L’intérieur est… clinquant !

Le Trump Bar.

Voici la devanture de l’une des boutiques.

Tout est à l’effigie du président des États-Unis. Ce qui est drôle, c’est que l’on trouve beaucoup d’objets moquant Donald Trump, preuve s’il en est qu’il a un certain sens de l’humour [nous sommes dans sa tour !].

Après cette courte visite, nous remontons la 5e Avenue vers le sud.

À hauteur de la 53e Rue, voici la Saint Thomas Church. Elle était malheureusement fermée.

À l’angle de la 50e Rue, nous arrivons devant la très belle St. Patrick’s Cathedral [à ne pas confondre avec la St. Patrick’s Old Cathedral].

Construite entre 1853 et 1878, c’est une cathédrale de style néo-gothique. C’est l’un des plus importants édifices de l’Église catholique romaine à New York et aux États-Unis.

L’intérieur est superbe.

Les monumentales orgues de la cathédrale.

Saint Charbel Makhlouf, célèbre prêtre libanais.

Il est 16 h 30, c’est l’heure de rejoindre le Citi Field des Mets de New York pour assister au match [de baseball] les opposant aux Marlins de Miami.

Le stade se trouve dans l’arrondissement du Queens, à une grosse demi-heure de métro de notre position. Il est situé non loin du Flushing Meadows-Corona Park, où se joue notamment le Grand Chelem de tennis new-yorkais.

Sur place, l’ambiance est bon enfant. Ce n’est pas la foule des grands jours, mais ce n’est pas plus mal.

Le baseball, c’est sérieux !

En 1986, les Mets signèrent l’un des plus beaux come-back de l’histoire de la MLB.

Pourquoi les Mets ? Eh bien, tout simplement, en souvenir d’une ancienne équipe de baseball de New York, à savoir les Metropolitans, fondée en 1880.

Les Mets sont moins connus que l’autre équipe de New York, les fameux Yankees.

17 h 40, il est temps de prendre place.

Allez, c’est cadeau !

Les prix des boissons et autres burgers-frites sont horriblement élevés, pour une qualité misérable qui plus est. Bon, ce n’est pas non plus une surprise…

18 heures, c’est l’heure de l’hymne américain. Ça claque !

Place au jeu !

20 h 45, il fait désormais bien nuit.

On a gagné (2-0). Bon, ce n’était pas le match le plus passionnant de l’histoire (très peu de points marqués), mais j’étais venu avant tout pour l’ambiance et l’expérience, et j’ai adoré (et Madame aussi !). Ce sera à refaire.

On retiendra également que j’ai failli y passer et, pour une fois, je déconne pas ! Lors d’une frappe, la balle est passée par-dessus le filet et s’est dirigée vers moi à une vitesse folle. Elle est venue s’écraser à quelques cm de ma tête. Le pire, c’est que je l’ai vue arriver, mais j’étais comme hypnotisé, tétanisé, sans réaction, et je n’ai pas bougé (ou n’en ai pas eu le temps). Sérieusement, si je l’avais reçue en pleine tête, je ne serais pas là pour écrire cet article.

Notre deuxième séjour new-yorkais tire à sa fin, et je ne sais pas s’il y en aura un troisième. Étant donné que nous allons nous installer à Vancouver, sur la côte ouest, c’est peu probable. Mais qui sait ? En tout cas, si nous en avons l’occasion, nous y reviendrons avec plaisir, car nous adorons cette ville.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Alert: Contenu protégé !