Waipi’o Valley, Big Island, Hawaï (États-Unis)

Aujourd’hui, changement de décor ! Après les paysages désolés du Hawaï Volcanoes National Park, place à l’exubérance de la forêt tropicale de la Waipi’o Valley, située dans le nord de l’île.

Cette superbe vallée n’est située qu’à 70 km et une heure de route de notre logement, mais il convient d’arriver relativement tôt, le nombre de places de parking étant limité.

Depuis notre départ de Pepeekeo, il ne fait que pleuvoir et l’horizon reste désespérément bouché. Je suis assez pessimiste quant au reste de la journée. Mais c’était sans compter sur le nombre incroyable de microclimats [ou topoclimats, plus exactement] présents sur l’île et sur l’archipel d’Hawaï d’une manière générale : à environ 10 km de l’arrivée, le soleil finit par s’imposer et nous poussons un gros « ouf » de soulagement.

Nous arrivons peu après 9 h du matin et le petit parking est déjà bien rempli ; il reste une petite place pour nous.

Voici le point de vue sur la vallée que nous allons explorer à pied.

À noter que la plupart des loueurs de voitures de l’île interdisent d’emprunter la route menant à la plage, et vous allez comprendre pourquoi…

Outre les 25 % de pente moyenne (certains passages font plus de 45 % !), la route est très étroite, très sinueuse et jonchée de nids-de-poule. De toute façon, j’avais bien l’intention de marcher !

Voici donc le départ de la route. La vidéo ne rend pas justice à la pente incroyable. Cette route serait d’ailleurs la plus pentue des États-Unis, c’est dire !

En clair, si vous souhaitez travailler les cuissots et les mollets, cette randonnée est faite pour vous ! Sans blague, si vous avez des douleurs aux genoux, par exemple, préférez le cheval ou le 4×4, avec une agence ; c’est plus prudent.

Les premières vues sur cette magnifique vallée verdoyante s’offrent à nous.

La route, elle, descend toujours plus… 😀

Que c’est beau ! Et quel ciel ! Quand on pense au temps que l’on avait en partant, nous sommes plutôt chanceux.

Admirez cette belle route !

Un peu plus de 30 minutes après être partis, nous arrivons en bas de la route. Trente minutes pour faire à peine plus d’un km en marchant, cela vous donne une petite idée de la difficulté…

Bon, le reste de la randonnée sera facile : c’est plat. Hormis le soleil qui tape fort, ce sera donc beaucoup plus facile… en attendant la remontée !

Quelques fleurs et fruits locaux.

Les dernières encablures avant d’arriver à la plage.

Que voici ! Superbe endroit.

Quelques statistiques de cette randonnée (aller seulement).

Waipi’o Valley Black Sand Beach North (c’est son nom !).

Ça n’a pas l’air, comme ça, mais le vent souffle très fort et le courant est très puissant à l’endroit où le petit cours d’eau se jette dans l’océan.

Un hobbit est caché sur cette photo ; saurez-vous le retrouver ?

Pour ma part, je m’en vais goûter aux eaux tumultueuses du Pacifique !

Après plus d’une heure et demie sur place, nous reprenons la route en direction du cœur de la vallée, nettement moins fréquentée que la plage.

Le soleil est au zénith ; ça tape très fort ! Mais le point plus que positif est que nous sommes seuls sur cette route…

Les Hi’ilawe Falls au loin, inaccessibles désormais [pour y accéder, il faut emprunter des chemins privés].

Piano, piano, piano…

Les chutes d’un peu plus près (au zoom).

Un grand classique que l’on retrouve dans plusieurs régions du monde.

À partir d’ici, nous côtoyons les résidences de la vallée de Waipi’o. On y voit également pas mal de chevaux (touristes ou non).

Première rivière que nous traversons à pied. Pas la dernière !

Nouveau florilège de ce que la végétation a de plus beau à nous offrir dans le coin.

J’adore cette photo ! Le ciel bleu, la végétation vert « tropical », la petite route à la française, les murs de pierres : un petit paradis.

Ça a beau être la fin de la route, nous continuons à arpenter cette vallée magnifique.

On n’est pas bien, là ?

Encore et toujours des rivières à traverser, mais avec quel plaisir…

Que c’est beau ! On ne s’en lasse pas.

Finalement, après environ une heure et demie de marche tranquille, nous arrivons au bout de la route, dans un centre équestre.

Concernant les Hi’ilawe Falls dont je parlais plus haut, voici la preuve que l’ancien sentier n’existe plus (légalement parlant).

Un eucalyptus arc-en-ciel (Eucalyptus deglupta).

Bon, gageons que ce soit purement humoristique… 😉

Dernière photo de la Waipi’o Valley : l’extrémité est de la plage (au retour).

Pour terminer cette magnifique randonnée — probablement dans mon top 3 —, je me suis donné un défi : faire la montée finale (un peu plus de 1 km) en courant, avec le sac à dos et après environ 10 km effectués plus tôt.

Résultat : 5,5 km/h de moyenne et quasiment tout en courant. Assez fier de moi !

Pour terminer cette journée mémorable, je vous propose ce concert de grenouilles et de geckos à l’extérieur de notre logement…

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Maman dit :

    Dépaysant et tellement magnifique, beau récit et très belles photos, un régal
    Bisous et à bientôt pour la suite
    Je voyage avec toi ❤️

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Alert: Contenu protégé !