Pihea Trail, Kauai, Hawaï (États-Unis)

C’est notre deuxième journée dans l’ouest de l’île de Kauai.

La première randonnée du jour est le Pihea Trail, une nouvelle fois dans le Koke’e State Park.

De Waimea, il nous faut 45 minutes pour atteindre le Pu’u O Kila Lookout, situé à 1 250 m d’altitude. Il est 8 heures et il n’y a pas (encore) foule.

Manque de chance, il y a un brouillard à couper au couteau, comme souvent à cette altitude. Tant pis, nous ferons des photos de la vue au retour.

Voici le panneau — quelque peu usé par le temps (et le climat) — des différentes randonnées à faire à partir d’ici.

Pour nous, ce sera donc le Pihea Trail.

Entre-temps, le ciel s’est dégagé. Il fait désormais très beau et relativement frais, mais la chaleur s’imposera bien assez vite.

Quelques vues vers le nord (Nā Pali Coast), un peu à contre-jour. Il y a deux jours, nous longions cette sublime côte.

On devine aisément ce que devient ce terrain lorsqu’il tombe des pluies diluviennes, c’est-à-dire très souvent.

Un peu plus loin, la végétation se fait plus présente. Plus vert, on ne peut pas !

J’adore ces vallées ! On se croirait dans Lost, et pour cause : la série fut tournée à Hawaï (île d’Oahu) !

À mesure que l’on avance, le terrain est de plus en plus gras.

Nous arrivons à l’endroit le plus difficile du sentier : il s’agit en quelque sorte d’une succession d’escaliers naturels creusés dans la terre par les fortes pluies. Ça n’a peut-être pas l’air comme ça, mais ce n’est vraiment pas facile de grimper là-dessus. C’est très glissant, sans parler de la verticalité du sentier.

En cas de fortes pluies, je pense que cela devient très vite infranchissable.

Après une heure de marche, nous arrivons à cet embranchement. Nous prenons à droite.

Nous longeons un grillage pendant plusieurs dizaines de minutes. Il y a beaucoup de boue et le soleil tape fort ; nous sommes seuls.

Certains passages ne sont pas évidents.

Après une petite descente en pente douce, le sentier se poursuit sur de vieilles planches de bois pourri. Il convient d’être prudent, car cela peut être dangereux.

Mais, ô surprise, le sentier est manifestement en rénovation ! En effet, un peu plus loin, nous avons droit à de belles planches toutes neuves (et antidérapantes !).

Nouvel embranchement, après 1 h 45 de marche. Nous continuons tout droit, sans conviction…

Très vite, nous constatons que le sentier n’est plus entretenu, voire n’existe plus… Jugez plutôt !

La décision est prise de faire demi-tour. De toute façon, il est déjà tard et, si l’on ne veut pas manger à 15 h, il faut penser à rentrer.

Le retour se fait sans encombre, mais la chaleur est désormais bien présente.

Voici quelques photos de la première partie du sentier (sur la corniche), cette fois sous un soleil presque au zénith.

C’est magnifique !

Oups, ça grimpe !

Allez, les dernières vues de cet endroit magique !

Voici le tracé GPS (aller seulement). C’est globalement plat, mais le terrain est difficile par endroits.

Au départ du sentier, on trouve une pancarte mentionnant la présence du mont Wai’ale’ale (1 569 m), l’un des lieux les plus pluvieux de la planète (9 495 mm par an en moyenne). En réalité, il se trouve au centre de l’île, à environ 15 km au sud-est d’ici.

Avant d’aller manger, nous nous arrêtons au Kalalau Lookout, à seulement 2 km d’ici. Nous nous y étions arrêtés ce matin, mais on ne voyait strictement rien à cause du brouillard. Là, c’est bien dégagé.

Voici donc la vue qui donne sur Kalalau Beach, destination finale du Kalalau Trail, que nous avons en partie emprunté avant-hier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.