Le sentier du col Balu, parc national des Glaciers, Colombie-Britannique (Canada)

En ce jour ensoleillé du 14 juillet, fête nationale française, une très belle randonnée en montagne est au programme, à savoir le sentier du col Balu, dans le superbe parc national des Glaciers, à environ 70 km au nord-est de Revelstoke.

Cette partie de la Transcanadienne — la route 1, qui traverse le Canada d’est en ouest — est magnifique. Voici une vue des premiers contreforts des Rocheuses, peu avant le col Rogers (1 330 m).

Un monument dédié à la construction de cette route mythique et un chien de prairie peu farouche [photo légèrement floue]…

Nous arrivons au départ du sentier à 9 h ; il fait très beau. Nous sommes ici dans un parc national et, contrairement aux parcs provinciaux, l’entrée est payante. Il nous en coûtera 10 $ par personne. C’est relativement cher de mon point de vue, et heureusement que cela reste occasionnel.

La randonnée fait 12,8 km aller-retour avec un dénivelé positif de 788 m [n°12, en haut à gauche de la carte]. À noter que balu signifie ours en langue amérindienne. Oui, ici, c’est le pays des ours !

Le sentier commence en sous-bois et la pente est modérée. Nous sommes à 1 330 m d’altitude.

Après 25 minutes de marche, nous sortons de la forêt et arrivons dans une « vallée » entourée de montagnes.

C’est bien vert, n’est-ce pas ?

Petite vidéo d’ambiance, avec Madame qui agite sa clochette pour signaler aux ours notre présence…

Et au milieu coule une rivière…

À partir de là, le sentier est relativement plat. C’est très beau, et on ne croise quasiment personne, hormis le personnel du parc. Le bonheur, quoi.

D’où nous venons…

Et où nous allons…

La neige se fait de plus en plus proche.

Le paysage devient de plus en plus minéral, et ça monte…

Tiens, une marmotte !

Regard dans le rétroviseur avec cette belle vallée alpine.

À partir d’ici, j’abandonne ma moitié et continue seul, mais je sais que je n’irai pas jusqu’au bout : il y a encore trop de neige.

Je porte de simples chaussures de randonnée et il est très difficile d’avancer sur ce terrain. C’est extrêmement glissant.

Un peu plus loin, j’arrive dans une zone plus dégagée, mais on voit que la montée finale s’annonce ardue…

Voyez plutôt !

J’abandonne un peu plus loin, la progression étant quasi impossible (trop glissant).

Une vue depuis le point le plus haut (1 965 m), en direction de la vallée, en contrebas.

Madame qui m’attend sur son rocher.

Après s’être quelque peu caché, le soleil refait une apparition.

Nouvelle et dernière vue sur la vallée.

Dernières photos prises sur le chemin du retour…

Voilà pour cette magnifique randonnée, malheureusement non achevée [il manquait moins de 1 km, 2 km aller-retour], mais mi-juillet est un peu tôt pour ce secteur et cette altitude.

Arrivés en bas, que voyons-nous sur le panneau descriptif de la randonnée ? Ceci !

Oui, il est dit qu’à partir du 15 juillet, soit demain, il faudra effectuer cette randonnée par groupe de quatre personnes minimum, à cause de la présence d’un grizzly et de ses oursons… On a eu chaud !

***

Sur le chemin du retour, nous nous arrêtons faire une autre petite randonnée (0,5 km), où l’on peut observer des cèdres géants. Bon, à Vancouver, on connaît ça !

C’est superbe et ces arbres sont majestueux. Personnellement, je ne m’en lasse pas.

Voilà pour ce petit aperçu du parc national des Glaciers ! Demain, nous roulerons vers de nouvelles aventures…

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Alert: Contenu protégé !